Soutien et maintien des effectifs

Soutien et supervision continus des mentores

Le soutien et la supervision des relations de mentorat sont des éléments indispensables, tant pour la réussite du programme que pour la sécurité des participantes. Dans les programmes de mentorat de groupe, les mentores doivent non seulement gérer leurs propres relations avec les filles, mais aussi les relations des filles entre elles. Si votre programme prévoit l’appariement de groupes de filles avec plus d’une mentore, les mentores ainsi associées développeront également des relations amicales entre elles. Le mentorat devra inclure une surveillance de la dynamique de groupe. L’organisation, pour sa part, devra veiller à ce que les groupes appariés bénéficient du soutien requis pour que les relations évoluent de façon saine et productive.

Dans le chapitre sur le mentorat de groupe de leur Manuel sur le mentorat auprès de la jeunesse (Handbook of Youth Mentoring), Kuperminc et Thomason (2014) proposent les réflexions et recommandations suivantes sur la supervision des relations de mentorat de groupe :

« Nous préconisons une double approche, comprenant une observation périodique (p. ex., par le personnel du programme ou des mentores invitées à agir comme observatrices auprès d’autres groupes) et la consignation systématique par les mentores de données sur les activités de groupe et de notes sur le processus de groupe. Ces méthodes permettront de disposer de renseignements de base utiles sur le programme (p. ex., les présences) et de suivre l’évolution des personnes et du groupe dans son ensemble. Il sera ainsi plus facile de cerner les problèmes et de planifier des solutions stratégiques (p. ex., travailler avec une mentorée dont le comportement est perturbateur), surveiller les stades de développement du groupe, faire le point sur ce qui fonctionne et sur ce qui doit être modifié, jauger les niveaux d’énergie et d’engagement des jeunes, et planifier la fin du groupe. »

Herrera, Vang et Gale (2002) ont constaté que les mentores de groupe qui avaient des relations solides avec leurs mentorées affichaient des comportements compatibles avec des relations de mentorat individuel solides. Dans le mentorat auprès de pairs formées dans un groupe, un certain nombre d’éléments courants doivent être surveillés, notamment :

  • Les mentores rencontrent leurs mentorées régulièrement et selon les critères du programme (pour ce qui est de la fréquence, de la durée et du lieu des rencontres).
  • Les mentores font preuve de sensibilité à l’égard des préférences des jeunes pour les activités et les sujets de discussion.
  • Les mentores font des efforts pour mieux connaître les jeunes personnellement, plutôt que de s’en ternir exclusivement aux activités prévues dans le cadre du programme.
  • Les mentores sont disposées à avoir des conversations en tête‑à‑tête avec des jeunes quand c’est nécessaire.
  • Les mentorées sont à l’aise et en sécurité dans les relations avec leurs mentores et au sein du groupe dans son ensemble.

Voici quelques stratégies recommandées pour le soutien et la supervision continus :

Politique de la porte ouverte : Ayez régulièrement des entretiens avec les mentores et les mentorées au sujet de leurs expériences dans le groupe, afin de mettre en évidence leurs perceptions de l’évolution des relations et leur sentiment de sécurité et de confort. Il est donc essentiel que le personnel du programme détermine clairement vers qui les mentores et les mentorées doivent se tourner en premier lieu si un problème surgit. Et surtout, le personnel doit veiller à ce que la personne identifiée comme premier point de contact fasse le nécessaire pour établir une relation de confiance et tisser des liens autant avec les mentores qu’avec les mentorées, et ce, dès le début du processus.

Réunions réservées aux mentores : Réunissez les mentores régulièrement afin qu’elles puissent procéder à un compte rendu, parler de leurs difficultés et s’encourager les unes les autres. Ces réunions peuvent être tenues une demi‑heure avant ou après la rencontre du groupe de mentorat, lors des séances de formation continue, lors de pauses‑café prises à l’extérieur ou lors de toute autre rencontre informelle semblable.

Formation continue des mentores : Offrez sur une base continue des occasions de formation et d’apprentissage. À cette fin, vous pouvez inviter un conférencier ou une conférencière, faciliter un atelier ou amener les mentores dans un autre lieu pour une formation externe. Dans l’idéal, laissez les mentores déterminer les domaines où elles souhaitent approfondir leurs connaissances ou donnez suite à ce qu’elles ont dit lors de séances de compte rendu. Assurez‑vous d’inclure un poste pour ces activités dans le budget du programme.

Soutien communautaire des mentores : Une autre stratégie utile consiste à créer un espace où les mentores peuvent tisser des liens entre elles. Certains programmes recourent à une plateforme en ligne pour donner aux mentores un moyen de rester en contact entre les séances.

Supervision continue par le personnel : Assistez aux séances de mentorat de groupe régulièrement ou à l’occasion. Soyez présentes et assurez‑vous que chaque mentore se sent à l’aise et peut gérer la discussion au sein des groupes. En plus d’avoir une politique de la porte ouverte, prévoyez à l’horaire des rencontres individuelles avec les mentores pour vous assurer de répondre aux besoins de chacune. Ces tête‑à‑tête sont importants pour donner aux mentores un espace où elles peuvent dévoiler certains problèmes difficiles à traiter dans le groupe ou pour soulever des sujets de préoccupation concernant leur propre performance, leurs affinités avec les filles ou un conflit avec d’autres mentores.


Contactez: mentoringgirls(at)canadianwomen.org