Recrutement, sélection et jumelage

Jumelage

Certains programmes de mentorat s’efforcent de jumeler les sœurs et les amies avec des mentores différentes, histoire de leur donner un espace suffisant pour évoluer et établir de nouvelles relations.

Après l’étape de la sélection définitive vient celle du jumelage. Insistons d’abord sur le fait qu’il existe des différences sur ce plan entre le mentorat individuel et le mentorat de groupe. Comme le souligne Sherk (2006), « la tâche du personnel consistera à jumeler des pairs avec des pairs (la composition du groupe), des mentores avec des mentores (s’il y en a deux ou plus par groupe) et des mentores avec des groupes particuliers de mentorées ». De plus, il faudra réfléchir au groupe dans son ensemble et aux rapports réciproques entre tous ses membres.

« Dans les programmes de mentorat fondés sur les rapports à long terme, on ne peut pas sous-estimer l’importance du jumelage planifié. L’établissement d’une relation de mentorat durable et de qualité repose d’abord et avant tout sur un jumelage réussi. »

- Oregon Mentors (2014)

Quel que soit le programme de mentorat, le jumelage doit être planifié. Il importe que les mentorées côtoient toujours la même mentore d’une rencontre à l’autre, puisque c’est l’établissement d’une relation positive et durable qui sera propice au renforcement de la résilience et de l’autonomie.

Critères en matière de jumelage

Voici les éléments dont il faut tenir compte au moment de jumeler les participantes.

  • Faites correspondre les aptitudes, les forces et les expériences des mentores et des mentorées.
  • Réfléchissez à la composition du groupe de manière à tirer parti des compétences, des points forts et des expériences de tous ses membres.
  • Faites correspondre les champs d’intérêt, les passe-temps et les préférences.
  • Cherchez un équilibre entre les caractéristiques des participantes, comme les attitudes et le tempérament.
  • Tenez compte des expériences communes et de l’appartenance à un quartier ou à une communauté.
  • Prenez en considération les raisons qui motivent la participation des unes et des autres.

La séance d’accueil

L’approche ci‑dessous préconise la rencontre, dans le cadre d’une séance d’orientation, des mentores et des mentorées dans le but d’évaluer les possibilités de jumelage.

« Demandez à l’avance aux mentors (c.-à-d. au début de l’orientation) de prendre bonne note des enfants avec lesquels ils se sentent une affinité naturelle. Pour leur part, les mentorés auront pour seule consigne d’essayer de se rappeler des noms des adultes qu’ils rencontreront. Tout au long de l’orientation, les responsables noteront leurs observations sur les interactions et les liens qui se forment spontanément. Cependant, ils prêteront une attention toute particulière aux enfants qui connaissent moins de succès parce qu’ils sont trop timides ou actifs, agressifs ou exigeants – puisque ce sont ces enfants‑là que les mentors seront moins portés à choisir. »

 - Michael Karcher (2007)

Approches en matière de jumelage

Pour jumeler les participantes à un programme de mentorat de groupe, on peut faire appel à plusieurs méthodes différentes. Voici deux approches courantes :

1. Jumelage dirigé par les filles

  • Les membres du personnel animent des activités dans le cadre d’une séance plénière dans le but d’amener les filles à faire connaissance avec chacune des mentores. On observe les interactions entre les deux groupes et entre les filles elles-mêmes. Au moment de partir, on demande à chacune des filles de désigner la personne qui s’est démarquée dans leur esprit et on en prend note. On pose ensuite une question semblable aux mentores pour savoir avec quelles filles elles ont établi un rapport spontané. Par la suite, on procède aux jumelages sur la base des commentaires reçus. Les rencontres des groupes débutent dans les semaines qui suivent.

« Nous avons décidé de procéder au jumelage en présentant les mentores aux filles dans le cadre du programme régulier, puis d’observer comment les liens se créaient entre elles. Cela nous a permis de déceler les affinités naturelles. De plus, nous avons demandé aux mentores de nous indiquer leurs compétences, leurs talents et leurs passe-temps; nous avons comparé ces données avec celles que nous avions recueillies auprès des filles au début du programme. »

- Wahbung Abinoonjiiag Inc. (2013)

2. Jumelage naturel ou par activité

  • Le jumelage naturel se déroule habituellement sur un certain nombre de séances. Pendant quelques semaines, les filles et les mentores participent ensemble à des activités. On crée ainsi un cadre dans lequel les participantes font connaissance et on observe les liens naturels qui se créent. Au bout de trois ou quatre activités échelonnées sur quelques semaines, on forme de petits groupes « d’essai » sur la base de ces liens. On n’explique pas aux filles qu’il s’agit d’un essai; l’idée consiste à voir comment les choses se dérouleront au cas où elles n’iraient pas comme prévu. Ces petits groupes se réunissent pendant deux à trois semaines, après quoi on annonce les jumelages officiels. Cela donne la chance de faire des changements si nécessaire, étant donné que plusieurs semaines peuvent passer avant que des conflits ou des problèmes surviennent entre mentorées ou entre une protégée et une mentore.

N’oubliez pas d’évaluer le degré de compatibilité des filles entre elles ainsi qu’avec la ou les mentores. Pour faciliter la dynamique de groupe, il est essentiel d’équilibrer les différences en matière de comportement, de tempérament et d’attitude. Certains programmes jugent utile de séparer les amies proches de façon à empêcher que des cliques se forment et à favoriser l’établissement de nouveaux liens. Voilà pourquoi il est important de connaître certaines choses à l’avance. Quelles filles sont dans la même classe ou fréquentent la même école? Qui est amie avec qui? Y a‑t‑il des conflits qui divisent les filles à l’école ou au sein de la communauté? On pourra aussi décider de favoriser la diversité de façon à ce que les filles s’ouvrent à d’autres perspectives, en jumelant sciemment des filles de cultures, orientations sexuelles, expériences de vie, communautés, origines et pays variés.

Ces conseils s’appliquent aussi, le cas échéant, au jumelage des co-mentores. Outre les points soulignés précédemment, prenez en considération les objectifs de celles‑ci, leur style de leadership et leur type de personnalité. Le lien qui se formera entre elles donnera le ton à la dynamique de groupe.

Bref, le choix d’une méthode de jumelage sera fonction de vos objectifs de programme, des ressources dont vous disposez et des participantes au programme.

Points à retenir

L’énergie investie dans le recrutement, la présélection, le choix et le jumelage des mentores et des mentorées favorisera la mise en place d’un programme robuste, enrichissant et sécuritaire pour l’ensemble des participantes. Au moment de planifier ces volets, nous vous conseillons de :

  • recourir à un éventail de stratégies de recrutement;
  • prendre conscience de la nécessité de suivre une démarche exhaustive en matière de présélection des mentores et des mentorées;
  • réfléchir aux conditions requises pour réussir les jumelages entre mentores et mentorées, entre filles et, le cas échéant, entre mentores.

Contactez: mentoringgirls(at)canadianwomen.org