Planification du Programme

Modèle logique

Pourquoi investir du temps dans la création d’un modèle logique?

La création d’un modèle logique dès le début de la planification est un moyen utile de faire ressortir les nombreux détails qui s’ajouteront à mesure que les volets et les activités du programme se préciseront. Cet exercice produit un schéma accessible à toutes les intervenantes, ainsi qu’un cadre pouvant guider l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation du programme.

Après avoir formulé votre théorie du changement, la prochaine étape consiste à concevoir un modèle logique. De quoi s’agit-il? « Les modèles logiques s’inscrivent dans une théorie du changement. Ils font appel à des mots ou à des images qui servent à décrire la séquence d’activités envisagées pour opérer le changement voulu, ainsi que le lien entre ces activités et les résultats que le programme est censé produire. Voici comment procéder :

  • Définir le ou les problèmes. (Quel est le besoin au sein de notre communauté?)
  • Décrire les résultats souhaités. (Quelle est notre vision de l’avenir?)
  • Élaborer une stratégie pour atteindre les objectifs. (Comment allons-nous traduire notre vision?). »

- Evaluation Toolkit (2014)

Le modèle logique repose sur un raisonnement semblable à celui qui sous-tend la théorie du changement. Il s’appuie sur un rapport de causalité du même type : « Si..., alors... » Ainsi, si on prévoit un certain nombre d’intrants, alors on pourra accomplir certaines activités précises. Si on réaliseces activités, alors on produira certains extrants. Si on obtient ces extrants, alors on produira des résultats à court terme. Enfin, si on produit ces résultats à court terme, alors on atteindra nos objectifs à long terme.

À l’image des théories du changement, les modèles logiques se caractérisent par leur souplesse, puisqu’ils peuvent évoluer avec le temps. N’oubliez pas d’inscrire la date en tête de document; elle reflètera de façon précise l’état d’avancement du programme ce jour-là. Revenez-y dans six mois et posez-vous la question suivante : le modèle correspond-il encore à la réalité? Les choses ont-elles changé au fil des expériences? Intégrez ces changements à votre modèle en prenant soin d’inscrire la date du jour. Ici encore, vous gagnerez à faire cet exercice en collaboration avec les principaux intervenants et intervenantes.

Principaux éléments d’un modèle logique

Composantes

Questions à envisager

Information supplémentaire

Exemples

Définition des besoins et des hypothèses

À quels besoins le programme répond-il?

Comprend la portée du programme, soit la mesure dans laquelle il atteint le public visé. Doit tenir compte des caractéristiques des participantes et de l’axe de la programmation.

Créer des occasions de leadership pour les filles de 9 à 13 ans; amener les filles de « tel » quartier à établir de bonnes relations avec des modèles de rôle féminins adultes.

Intrants (ressources)

Quelles ressources va-t-on y investir?

Comprend les ressources financières, humaines et matérielles consacrées au projet. Il est aussi utile d’inclure le temps investi parmi les intrants.

Heures de travail du personnel, salle de rencontre, subvention, programmes, responsables communautaires, etc.

Activités

Quelles activités va-t-on organiser?

Désigne à quoi les ressources vont servir durant le programme. Ce sont les processus, les outils, les événements et les actions auxquels on compte recourir pour le mettre en œuvre. Les activités sont le moyen par lequel on entend produire les changements ou résultats escomptés.

Séances hebdomadaires de mentorat structurées; séances et ateliers sur tel ou tel sujet; discussions en petits groupes et mise en commun des objectifs personnels; sorties dans la communauté et occasions de bénévolat; activités axées sur le leadership; rencontres collectives.

Extrants

Qu’est-ce qu’on va produire?

Ce sont les produits concrets découlant du projet.

Prestation de dix séances; trois grands rassemblements; jumelage de cinq groupes de filles avec une mentore.

Portée

Qui seront les bénéficiaires?

Les participantes, les clientes et les autres bénéficiaires du programme. Peut comprendre les participantes (p. ex., filles et mentores, la communauté, l’école, la famille)

Filles du quartier âgées de 9 à 13 ans; femmes adultes/âgées (mentores); parties concernées au sein de la communauté (s’il y a un volet bénévolat).

Résultats (court terme)

Quels seront les effets positifs du programme?

Les réalisations du projet et ses effets immédiats sur les participantes. Comprend les changements touchant le degré de sensibilisation et la prise de décision.

Amélioration de la confiance en soi; connaissance des stéréotypes sexuels; compétences en médiatique; attitude positive à l’égard des études; meilleure compréhension de la nature des relations saines.

Résultats (long terme)

Quelles seront les principales retombées de son implantation durable ?

Les réalisations du projet et ses effets immédiats ou directs sur les participantes. Comprend les changements touchant les comportements, le mode de vie et la société dans son ensemble.

Augmentation des liens positifs dans la vie des filles; baisse du décrochage scolaire; amélioration de l’engagement communautaire; amélioration de la santé et du bien-être.

Après avoir élaboré un modèle logique, il peut être utile de vérifier l’exactitude de son contenu. C’est un exercice qui peut se faire individuellement ou en équipe; il s’agira de vérifier sa « logique » et si toutes les personnes concernées le comprennent.

Au moment de planifier un programme, il faut accorder une attention toute particulière aux intrants. Le rapport sur le Fonds pour les filles de la Fondation canadienne des femmes (2014) a révélé que la plupart des problèmes en matière de prestation des programmes concernait leur organisation concrète : transport, assiduité, difficulté à trouver un local, horaire des mentores et des conférencières. Pour des conseils sur la planification de ce genre de détails, consultez la section intitulée Programme et rencontres.

Voici d’autres exemples d’intrants :

  • Structure du programme : Quelles seront les modalités d’inscription? Qui sera responsable de l’aiguillage? À quelle fréquence les rencontres auront-elles lieu? Quelle sera la durée du programme (un trimestre, l’année entière)?
  • Personnel : Qui va s’occuper de la prestation? Quel genre d’encadrement sera nécessaire?
  • Partenaires et intervenants : La communauté est-elle impliquée dans le programme? Dressez une liste des partenaires et de leur rôle.
  • Ressources : De quel budget dispose-t-on? Combien coûtera la prestation du programme? Quelles ressources faudra‑t‑il aller chercher à l’extérieur? Sur quelles ressources peut-on compter au sein même de l’école?

Rappelez-vous que tous les modèles ne se ressemblent pas. Même s’ils illustrent tous les relations logiques entre intrants, activités, extrants et résultats escomptés, ils reflètent aussi la façon dont chaque groupe conçoit son propre programme.

Example Logic Models from Canadian Women’s Foundation Girls’ Fund Grantees:

  • Modèle logique 1 - BGCSCBC
  • Modèle logique 2 - YCambridge
  • Modèle logique 3 - CIWA
  • Modèle logique 4 - TWN
  • Quelle est la différence entre un intrant et un extrant?

    Les extrants sont les produits concrets d’une activité (p. ex., le nombre de séances, de dépliants, de campagnes de sensibilisation). On les désigne par une certaine quantité de biens ou de services. Les changements de comportement ou d’attitude ou un progrès d’ordre sociétal ne constituent pas des extrants.

    Voici quelques exemples d’extrants : le nombre de jumelages et leur composition; le nombre de rencontres du groupe; la durée du programme; le nombre de membres du personnel; les documents créés dans le cadre du programme (p. ex., administration, formation); les communiqués de presse; les documents d’information (p. ex., affiches, signets, cartes postales).

    Les résultats sont l’aboutissement des activités et de l’action. Ils sont une réponse à la question : « Et alors? » Ils correspondent aux retombées définitives et durables d’un projet, au-delà de ses effets immédiats, ainsi qu’à ses conséquences imprévues ou insoupçonnées.

    Voici quelques exemples de résultats : une meilleure connaissance d’un sujet en particulier; une plus grande confiance en soi; le renforcement de l’engagement d’une collectivité; une amélioration de l’assiduité scolaire.

    Points à retenir

    La planification et la prestation d’un groupe pour filles comportent plusieurs volets essentiels. Dans cette section, nous avons présenté les notions de modèle logique et de théorie du changement. En voici les grandes lignes :

    • Il est essentiel de définir dès le départ les résultats ou les changements qu’on cherche à accomplir.
    • Pour expliciter la façon dont ces changements se produiront, recourez à la formule « Si…, alors… ».
    • Le modèle logique est un outil pratique pour schématiser votre théorie du changement et établir des liens entre vos activités et les résultats escomptés. N’oubliez pas de faire participer les intervenantes et les intervenants clés à cette démarche.

    Contactez: mentoringgirls(at)canadianwomen.org