Formation

Formation des mentores - Premiers pas

La formation prépare les mentores en leur offrant la base de connaissances requise pour comprendre clairement les rôles, responsabilités et caractéristiques d’une mentore performante. Cette formation leur permet de se doter de compétences et de cadres utiles, et elle les aide à acquérir de l’assurance dans l’établissement de relations et à comprendre la dynamique relationnelle dans le contexte d’un mentorat de groupe pour filles.

La formation devrait faire partie du processus de sélection; certaines mentores ont plus de dispositions pour le mentorat individualisé, ce que le processus de formation devrait mettre en évidence. La formation en personne permet d’observer comment les mentores communiquent et interagissent. Elle donne aussi l’occasion de voir dans quelle mesure chaque candidate comprend le contenu et de déterminer si les mentores potentielles ont les qualités et les intérêts voulus pour participer à un programme de mentorat de groupe pour filles. La formation permet en outre d’aider les mentores pressenties à voir si le programme et l’engagement demandé leur conviennent.

La formation variera d’une organisation à l’autre, selon les buts du programme et les filles et les mentores qui y participent. Dans l’élaboration de votre programme de formation, prenez en compte les cinq étapes clés suivantes :

Déterminer l’ampleur de la formation à offrir:

  1. Créer un espace favorable
  2. Définir le contenu de la formation initiale
  3. Établir un plan de formation continue
  4. Développer un sentiment d’appartenance chez les mentores

1. Déterminer l’ampleur de la formation à offrir

La recherche indique que plus on offre de formation, mieux cela vaut. Les mentores ayant reçu moins de deux heures de formation déclaraient les niveaux les plus faibles en ce qui concerne la qualité des relations établies, tandis que celles ayant reçu six heures ou plus déclaraient avoir noué les relations les plus solides avec les jeunes (Herrera, Sipe et McClanahan, 2000). Toutefois, une bonne partie de la recherche disponible sur la formation des mentores concerne des programmes de mentorat individuel; or, le mentorat de groupe requiert des habiletés et une formation supplémentaires pour assurer l’établissement de relations fructueuses, comme l’acquisition de compétences en animation et en gestion de groupe. Cette constatation donne à penser que le degré de formation requis pour les mentores est plus appréciable dans le cadre d’un mentorat de groupe que dans celui d’un mentorat individuel. Dans l’évaluation de 2013‑2014 des programmes de mentorat de groupe pour filles financés par la Fondation canadienne des femmes, les organisations offrant entre dix et vingt heures de formation (y compris de formation continue) déclaraient avoir reçu la rétroaction la plus probante de leurs mentores pour ce qui est du sentiment d’être préparées et de la satisfaction à l’égard de la formation offerte.

Il est important de prendre en compte également les divers niveaux et types de formation. Si l’évaluation faite par la Fondation canadienne des femmes mettait l’accent sur les séances de formation officielles et structurées, elle incluait aussi la formation et l’apprentissage informels qui peuvent être des moyens tout aussi valables de préparer les mentores à bien jouer leur rôle. Ainsi, les mentores peuvent apprendre en observant une mentore aguerrie à l’œuvre ou encore à l’occasion de discussions informelles avec le personnel.

Ce que nous avons appris sur la formation dans le cadre des programmes de mentorat de groupe pour filles :

Des organisations de mentorat financées par la Fondation canadienne des femmes ont participé à une évaluation de leurs programmes de mentorat. Les mentores ont été invitées à mesurer leur sentiment d’être bien préparées et leur niveau de satisfaction à l’égard de la formation reçue. Dans leurs réponses, 100 % des mentores ayant reçu entre dix et vingt heures de formation indiquaient être « tout à fait » ou « très » satisfaites de leur formation. Celles qui en avaient reçu entre cinq et dix donnaient aussi une rétroaction positive, tandis que celles qui en avaient reçu moins de quatre fournissaient une rétroaction mixte quant à leur niveau de préparation ou de satisfaction ressenti.

— la Fondation canadienne des femmes (2014)

Pour déterminer le nombre d’heures à consacrer à la formation des mentores de votre programme, vous devrez considérer l’espace, le temps du personnel et les fournitures nécessaires tant dans votre plan logistique que dans votre budget. La section sur la logistique de votre programme contient de l’information plus détaillée sur la planification de vos pratiques de formation. Vous devriez aussi tenir compte des contraintes associées aux horaires et à la disponibilité des mentores. Dans l’élaboration de votre programme de formation, consultez la communauté pour voir si l’engagement que vous exigez est réaliste. Prévoyez ce que vous ferez si des mentores ne peuvent pas assister à certaines séances de formation. Sachez qu’un « système de compagnonnage » ou un manuel de formation complet aideront ces mentores à se mettre à niveau rapidement.

2. Créer un espace favorable

Les séances de formation des mentores seront mieux reçues dans un environnement où les mentores se sentent à l’aise de poser des questions et d’utiliser le matériel librement, tout en sachant qu’elles ont l’appui du personnel et de leurs pairs. Les mentores seront plus réceptives à la formation dans un espace sécurisant sur les plans physique et psychologique. Songez aux moyens que vous pouvez prendre pour créer un espace propice à une expérience d’apprentissage positive pour les mentores.

Commencez par faire une place à la transparence et à la confiance. Assurez‑vous que le matériel est clair et facile à comprendre. Les mentores arriveront avec des niveaux d’apprentissage variés, de sorte que le matériel doit être simple, accessible et bien ancré dans la pratique réelle. Vous avez intérêt par ailleurs à incorporer une gamme d’approches différentes à l’égard de l’apprentissage, afin de prendre en compte les besoins des différents types d’apprenantes dans le groupe. La section sur les activités de planification peut vous aider à bien choisir votre approche.

De plus, l’évaluation du Fonds pour les filles a révélé que les mentores considèrent comme très précieuse une formation qui :

  • intègre un élément personnel et social leur permettant de se rencontrer les unes les autres et d’interagir;
  • est interactive et stimulante;
  • suppose une participation directe et des discussions ouvertes;
  • montre des moyens utiles de faire face aux différentes situations pouvant surgir dans les relations avec les filles d’un groupe de mentorat group.

- Fondation canadienne des femmes (2014)

Le recours à une technique d’amorce, à des activités d’ouverture et à des exercices amusants destinés à inciter les participantes à faire connaissance vous aidera à créer un espace propice à la formation des mentores. Tous ces moyens vous permettront non seulement de renforcer l’aspect personnel et social que les mentores espèrent trouver et de garder le processus interactif et stimulant, mais aussi de créer un milieu communautaire où les mentores peuvent apprendre ensemble et les unes des autres. En leur offrant autre chose qu’une formation structurée de type scolaire, vous susciterez l’enthousiasme des mentores. Les activités d’ouverture peuvent emprunter diverses formes et il existe un large éventail de ressources desquelles puiser des idées.

Le lieu physique lui‑même où vous offrez la formation revêt de l’importance dans la création d’un espace propice à la formation des mentores. Trouvez un espace qui est suffisamment ouvert pour des activités interactives ainsi que des discussions en petits groupes si votre programme de formation inclut ces éléments. Songez à demander aux participantes de former un grand cercle ouvert, plutôt que de se tenir de part et d’autre d’une table de discussion.

Vous pouvez aussi incorporer un volet initial, au cours duquel les participantes formant un cercle de discussion énoncent leurs attentes à tour de rôle, et un dernier volet, au cours duquel elles font le point sur la formation reçue.

En intégrant les opinions, vues et besoins d’apprentissage des mentores, vous leur donnez le sentiment que l’espace et le processus leur appartiennent, ce qui en retour les amène à se sentir à l’aise de poser des questions et responsables de leur apprentissage.

3. Définir le contenu de la formation initiale

Si le contenu de la formation initiale des mentores varie d’un programme et d’une communauté à l’autre selon leurs particularités, dans le cas des programmes de mentorat de groupe pour filles, le contenu devrait inclure les deux éléments clés suivants :

  • Principes généraux du mentorat
  • Habiletés requises pour animer un groupe de filles

La formation générale des mentores peut se faire en ligne, en personne ou à l’aide de ces deux approches combinées. Cet élément de la formation devrait fournir à vos mentores le moyen d’être efficaces (p. ex., savoir comment bâtir des relations solides avec les mentorées), et leur donner de l’information importante sur le programme et votre organisation. La majorité de ces sujets sont normalement abordés à l’étape de la formation avant‑match des mentores, mais ils peuvent être revus plus en profondeur lors de séances ultérieures.

Le développement des habiletés requises en animation est un autre volet essentiel de la formation qui devrait être offert aux mentores avant qu’elles ne commencent à rencontrer leurs groupes. On peut ainsi s’assurer que les mentores sont préparées et en mesure d’orienter de façon saine le développement et l’évolution de leurs groupes de mentorat. Bien qu’une certaine formation en animation puisse être offerte à l’étape de la formation initiale des mentores, cet aspect fait normalement l’objet de plus d’attention dans le plan de formation continue. De cette façon, les mentores peuvent continuer de développer ces habiletés dans le contexte de leur programme et sont incitées à gérer et à régler de façon concertée les difficultés qui peuvent surgir aux divers stades de l’établissement de relations avec les mentorées.

4. Établir un plan de formation continue

Dans le cadre de son programme, le Boys & Girls Club of Hamilton offre une formation de mentores à des athlètes universitaires. Les mentores participent à au moins six heures de formation avant‑match se présentant sous la forme d’ateliers et de discussions sur des thèmes relatifs au mentorat et à l’établissement de relations, mais aussi plus spécifiquement sur le travail auprès des filles. Les thèmes incluent le langage prônant l’égalité des sexes, l’autonomisation des filles et la diversité — surtout pour cerner les difficultés associées au niveau de revenu dans le quartier avoisinant. La formation met aussi l’accent sur le travail d’équipe dans le cadre d’événements et d’activités axées sur le plaisir, comme la participation à une école de cirque. Tout cela aide à créer un esprit de camaraderie parmi les mentores et à accroître leur engagement et leur sentiment d’être appuyées, et ce, avant qu’elles ne s’investissent concrètement dans leur rôle de mentores.

Outre la formation donnée initialement aux mentores, il est utile, voire essentiel dans la majorité des cas, de leur offrir des occasions de formation continue. Ces occasions permettent aux mentores de continuer à se perfectionner et de partager leur savoir‑faire, et elles les aident à rester liées à l’organisation. Ce type de formation complémentaire peut donner aux mentores l’occasion d’entendre des conférenciers et conférencières invités sur des questions pertinentes pour leurs mentorées (p. ex., les jeunes filles et l’intimidation), de discuter des défis et des réussites de l’expérience de mentorat, de recevoir un soutien du personnel et des autres mentores, de soumettre à un remue‑méninges les activités nouvelles et de partager d’autres apprentissages. Ces occasions peuvent se présenter sous une forme moins structurée et offrir une formation de nature plus informelle ou improvisée, évoluant « au gré des besoins ». Ainsi, on pourrait inviter les mentores à observer une mentore plus aguerrie ou encore à assister à une réunion du personnel. Au bout du compte, l’investissement dans la formation continue produira des mentores plus engagées et compétentes, plus en mesure de jouer leur rôle avec efficacité. L’emploi du temps de la personne désignée comme responsable du programme de mentorat devrait prévoir des heures pour l’élaboration et le maintien du volet de la formation continue.

Dans le cadre de la formation continue, il est essentiel de favoriser la contribution et le leadership des mentores. Souvent, les programmes comprennent des séances initiales de formation assez structurées, mais il faudrait qu’ils soient assez souples pour faire place à une contribution des mentores. Voici quelques conseils utiles :

  • Demandez aux mentores ce qu’elles souhaitent apprendre.
  • Offrez une formation sur les questions qui font surface à mesure que la relation de mentorat évolue. Faites le lien avec ce qui se passe dans les relations et avec les filles.
  • Tenez compte de l’expertise que les mentores pourraient partager avec les autres. Permettez‑leur de diriger des activités en fonction de leurs champs d’intérêt, connaissances et compétences propres.
  • Facilitez les échanges de manière à rester au courant de ce qui arrive au sein de la communauté ainsi que des nouvelles occasions, des défis ou des obstacles qui méritent d’être discutés et examinés.

Il pourra arriver qu’une nouvelle mentore se joigne au programme à mi parcours, une autre mentore devant quitter le programme prématurément. Dans ce genre de situation, il importe de donner à la nouvelle recrue la chance de recevoir une formation sur toutes les questions abordées lors de la formation initiale des mentores. Voilà pourquoi il est recommandé d’avoir en main le matériel d’apprentissage ou d’information dès le début du programme et de faire en sorte qu’il soit disponible lorsqu’une telle situation se présente. Vous pouvez offrir à la nouvelle mentore une « formation par observation » en la jumelant à une mentore expérimentée. Elle pourra ainsi avoir une idée du rôle qu’elle est appelée à jouer et des moyens à utiliser pour faciliter l’évolution positive du groupe. Veillez à créer un espace pour les nouvelles recrues afin qu’elles puissent rencontrer les autres mentores et sentir qu’elles font partie de leur communauté. Il peut être utile à cette fin d’organiser une rencontre ou une cérémonie de bienvenue.

Il est recommandé de prendre le temps de revoir et d’évaluer votre programme de formation. Les groupes devraient mettre à contribution la rétroaction des mentores pour s’assurer que la formation qui sera offerte à l’avenir répondra aux besoins des personnes concernées. Dans certains programmes, il a été jugé utile de tenir un sondage d’évaluation pour obtenir une rétroaction anonyme sur des points précis. On peut tenir un tel sondage après la formation initiale des mentores pour mieux orienter les plans et le contenu de la formation continue, ou encore à la mi‑temps du programme pour déterminer l’utilité réelle et le niveau de rétention de l’information donnée information.

5. Développer un sentiment d’appartenance chez les mentores

Une formation offerte aux mentores dans le cadre d’un groupe représente pour elles une occasion précieuse de nouer des liens entre elles. Il y a des gains importants à retirer d’une animation qui favorise la camaraderie entre les mentores, notamment :

Le soutien par les pairs chez les mentores est également avantageux pour les mentorées!

L’étude de Marshalla, Lawrence et Peugha (2013) sur le soutien par les pairs dans le cadre du programme de leadership pour jeunes femmes a exploré la valeur du soutien et de la formation entre des jeunes femmes ayant l’âge de fréquenter un établissement d’études postsecondaires jumelées au sein de groupes de mentorat pour filles. L’équipe de recherche a notamment constaté qu’on peut établir un lien entre le soutien par les pairs chez les mentores et la cohésion du groupe, facteur qui peut accroître l’engagement des mentorées. De plus, ce type d’entraide peut également rehausser la confiance des mentores dans leur capacité d’établir des relations. Les mentores étaient à l’aise de fixer des limites dans les relations et de prendre certains risques associés à l’intimité et à des liens proches quand elles bénéficiaient d’un soutien de la part de leurs pairs.

— Marshalla, Lawrence et Peugha (2013)

  • Système de soutien accru : En mettant les mentores en contact les unes avec les autres, on leur permet d’échanger des idées et des conseils, ainsi que des points de vue et des rétroactions.
  • Récompenses accrues : Les mentores n’établissent pas seulement des relations avec les mentorées, mais aussi avec leurs pairs.
  • Maintien en fonction accru : Quand les mentores ont le sentiment d’être liées les unes aux autres, elles développement un sentiment d’appartenance plus fort, un réseau plus solide et une plus grande satisfaction.
  • Économie de temps : Quand on opte pour une formation à plus grande échelle, plutôt que de recourir à nombreuses séances individuelles, on épargne du temps à long terme.

La formation des mentores sous la direction de pairs devrait toujours être supervisée par le personnel du programme, qui doit éliminer tout renseignement erroné. Indiquez clairement dans vos instructions et votre politique les situations où les mentores doivent demander une formation et des éclaircissements au personnel. Les questions relatives à la sécurité, à la conception du programme et à la politique organisationnelle devraient toujours être soulignées et expliquées sous la direction du personnel.

L’élaboration d’une stratégie pour créer de façon délibérée une communauté parmi les mentores oblige à intégrer un élément supplémentaire au processus de planification, mais l’effort en vaut assurément la peine. Voici quelques conseils qui pourraient vous être utiles au moment d’organiser une formation de groupe pour les mentores :

  • Fixez les dates de formation longtemps à l’avance. L’idéal est d’offrir deux possibilités : une séance en soirée pendant la semaine, et une séance de jour pendant le week‑end. Ces options devraient permettre à toutes les intéressées de bénéficier de la formation, quel que soit leur horaire.
  • Offrez des occasions de formation continue!
  • Créez un espace pour assurer le maintien des échanges. En plus de tenir des séances de compte rendu hebdomadaires et d’offrir une formation continue, vous pouvez avoir une page Facebook ou une autre plateforme similaire pour faciliter les échanges.
  • Offrez des activités amusantes en marge de la formation, afin que les mentores puissent célébrer leurs progrès et nouer des liens plus solides entre elles. Ces activités peuvent inclure des sorties, des dîners, des événements et des soirées au cinéma, entre autres possibilités.
  • Songez à mettre en place un « système de compagnonnage ». Si vous ne recourez pas aux services de comentores, vous pouvez former des équipes de deux, de façon à ce que les mentores jumelées puissent se communiquer de l’information et se remplacer au besoin. Si vous recourez aux services de comentores, prenez des mesures délibérées pour faciliter les échanges entre elles dès le début du programme, afin qu’elles puissent discuter de leur rôle commun et élaborer des plans de collaboration.

Contactez: mentoringgirls(at)canadianwomen.org